Quelle est la différence entre Accroire et Croire

Partager sur FacebookPartager sur WhatsAppCopier l'URL dans le Clipboard

La différence entre accroire et croire

est que “accroire” est fausseté, chose que l’on veut faire croire qui n’est pas vraie tandis que “croire” est phénomène par lequel l’individu ou une collectivité a tendance à croire à quelque chose de l’ordre du spirituel.

La différence entre accroire et croire

est que “accroire” est faire accroire quelque chose  : faire croire ce qui n’est pas vrai tandis que “croire” est tenir pour véritable.


accroire

croire

Nom commun

  • Fausseté, chose que l’on veut faire croire qui n’est pas vraie.

Variantes

  • accrouère

Verbe

  • Faire accroire quelque chose (à quelqu’un) : faire croire ce qui n’est pas vrai.
  • Laisser accroire quelque chose (à quelqu’un) : suggérer quelque chose qui n’est pas vrai, insinuer.
  • En faire accroire à quelqu’un : essayer de tromper quelqu’un par des mensonges.
  • S’en faire accroire, s’en laisser accroire : présumer trop de soi-même, tirer vanité d’un mérite qu’on n’a pas.
  • (Désuet) Croire.
  • Note d’usage : Ce verbe relève du registre littéraire sauf au Canada où il s’emploie couramment. Il ne se rencontre qu’à l’infinitif.

Synonymes

  • faire avaler (Familier)
  • faire croire
  • faire gober (Familier)
  • persuader de

Verbe

  • Tenir pour véritable.
  • (En particulier) (Absolument) (Religion) Avoir la foi et recevoir avec soumission d’esprit tout ce que la religion enseigne.
  • Tenir pour sincère ou véridique.
  • S’en rapporter à quelqu’un, à quelque chose.
  • Tenir pour vraisemblable, réel ou possible.
  • Penser, estimer, s'imaginer, présumer.
  • (Populaire) Croire naïvement, être trop optimiste.
  • croire \kʁwaʁ\ intransitif
  • Ajouter foi à quelqu’un ou à quelque chose ; s’y fier. A moins, peut-être, que l’écroulement de leur rêve ne vînt à les ramener l’une vers l'autre. Mais elles croyaient toutes deux à leur but, les désabusées et les meurtries; elles y croyaient avec la même ferveur, la même volonté. — (Béatrix Rodès, Les errantes, Édition Revue Helvétique, 1902, p. 210)Qu'un musulman croie la viande de porc immangeable, l’alcool imbuvable, la chevelure d'une femme obscène par définition, blasphématoire la représentation du visage d'un prophète qui fut un homme, libre à lui. — (Michel Onfray, La philosophie féroce, II : Traces de feux furieux, éditions Galilée, 2006, p. 114)Il proteste de son innocence, mais je n’y crois pas.J’avais à voir un ami à Angers ; bon et brave jeune homme à la tête ardente et au cœur pur, qui a encore des années à croire à tout, puis qui finira comme les autres, mais seulement plus tard que les autres, par ne plus croire à rien. — (Alexandre Dumas, La Vendée après le 29 juillet, La Revue des Deux Mondes T.1, 1831)
  • Avoir confiance en quelqu’un, en ses talents, en sa parole.
  • se croire (Pronominal)
  • S'imaginer. Des landes, des rocs stériles, çà et là une bande de pâturage aromatique et dru, quelques champs pierreux, partout des oliviers : on se croirait dans notre Provence. — (Hippolyte Taine, Voyage en Italie, vol.2, 1866)
  • (Familier) Être vaniteux. Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun

  • (Didactique) (Philosophie) Phénomène par lequel l’individu ou une collectivité a tendance à croire à quelque chose de l’ordre du spirituel.

Commentaires: